Lorsque Tony Gad fait rugir sa basse dans le froid sombre de cette nuit parisienne de l’hiver 1988, le public du Reggae Fest du Parc de Vincennes prend la mesure de ce neo reggae européen, aux influences R&B et Soul. Aswad, cousins spirituels des non moins prolifiques Steel Pulse, a à cette époque déjà affirmé ce reggae riche, puissant et varié né des faubourgs de Londres depuis la fin des années 70. Le groupe, constitué principalement de descendants d’immigrés caribéens, s’affirmera comme tel tout en multipliant les featurings ou autres associations à des pontes jamaïcains du genre, ou à d’autres figures de la pop culture. On retiendra notamment des liens avec Dennis Brown, The Eagles, ou The Police dont ils nous proposent (accompagnés de Sting) une version roots de Invisible Sun. Aswad a sur scène cette classe anglaise associée à une précision musicale remarquable, transformant donc les salles de concert en véritables dancefloors. On les retrouve ce mois sur Mouv’ pour le plus grand plaisir des amoureux du style dreadchic.