fbpx

Plus d’un semestre après le passage de Raphael Saadiq au dernier festival Afropunk à La Scène Musicale, à Paris, on se dit que le bonhomme qui y présentait son dernier album Jimmy Lee – du nom de son frère criminel défunt – a tous les traits de l’artiste total. Et pour cause, le soul man a, pendant les 8 années écoulées depuis son précédent album, produit autant pour des séries télé que pour d’autres artistes comme John Legend. Alors qu’on se souvient du très bon « Good man » d’il y a 8 ans, les « Somebody’s calling » et « Rickers Island » sont là maintenant pour nous rappeler que Raphael est aussi bon bassiste que chanteur, influencé par des piliers de la soul comme Larry Graham, James Brown ou Prince. Mouv’ annonce par ailleurs une programmation spéciale Raphael Saadiq pour février prochain.